Plusieurs compagnies aériennes misent sur la biométrie

Plusieurs compagnies aériennes  misent sur la biométrie

La technologie qui se base sur la biométrie est considérée comme performante pour identifier et authentifier un individu. Cette technologie est aujourd'hui utilisée dans plusieurs domaines, dont le voyage. Plusieurs compagnies aériennes misent désormais sur la biométrie.

Le challenge qui attend les acteurs aéroportuaires

En 2018, il a été enregistré 4,3 milliards de passagers aériens, et ce nombre va encore augmenter pour les années à venir. Cette affluence de passagers qui devient de plus en plus importante, surtout pendant les hautes saisons du tourisme, peut entraîner divers problèmes. Les aéroports et les compagnies aériennes doivent faire face à plusieurs défis pour offrir de meilleures prestations aux voyageurs :

  • Améliorer la sécurité : vu le grand nombre de mondes qui peut se trouver dans les aéroports, ces lieux constituent une cible idéale pour les attaques terroristes. Par ailleurs, les agents doivent être capable de détecter les fraudes d'identité et les faux passeports ou visas ;
  •  Réduire les points de contact pour vérifier l'identité du passager. Ces points de contrôle peuvent créer des engorgements et réduire la satisfaction voyageur. La fluidification du parcours voyageur est donc importante.
  • Réduire les ressources humaines : il faut du personnel pour réaliser le rapprochement documentaire à tous les points de contact. La réduction de ces ressources humaines constituera des charges en moins.

La biométrie comme solution pour les compagnies aériennes

La biométrie est fiable et permet de supprimer les longues files d'attente, réduire le nombre de points de contrôle et celui du personnel. Air New Zealand a par exemple équipé la dépose de bagage automatique d'une solution biométrique. En 2015, un test a été lancé par Alaska Airlines : grâce à leurs empreintes digitales, certains passagers peuvent accéder aux salons des affaires des aéroports. Ils peuvent aussi embarquer sans l'utilisation de carte d'embarquement ou de passeport.

D'autres compagnies aériennes ont aussi lancé des phases tests. C'est le cas pour KLM en partenariat avec l'aéroport de Schipol. Les deux acteurs ont installé des bornes dédiées qui permettent aux passagers de scanner leur visage pour une reconnaissance faciale et embarquer directement sans passeport ni billet d'avion. Pour Delta, la biométrie permet à ses passagers d'accéder aux salons d'affaires. Easyjet et l'aéroport de Londres-Gatwick, eux, ont installé des portes d'embarquement biométriques automatisées pour fluidifier le parcours client.

Chez Air France, c'est la Carte d'Accès à Bord qui a été déployée. Elle permet l'accession à la dépose bagage automatique, ou aux portiques de contrôle à l'embarquement pour l'authentification du voyageur. Avec cette carte, le passager n'a plus besoin de pièce d'identité.

Le passeport biométrique

Ce document est encore exigé dans plusieurs aéroports. C'est grâce au passeport biométrique que l'identité du passager est vérifiée. La puce qui accompagne ce document renferme des informations sur l'identité de son titulaire, avec sa photo et ses empreintes digitales. Pour contrôler l'identité du passager, celui-ci dépose son doigt sur un appareil qui relève les empreintes digitales. Le passeport est scanné et les données sont comparées.

Produits par des sociétés spécialisées comme Semlex d'Albert Karaziwan, les passeports biométriques sont infalsifiables, et évitent vol ou fraude d'identité.

Autres articles

La reconnaissance faciale pour un embarquement simplifié

Les compagnies aériennes et les aéroports ne cessent de chercher des moyens afin de donner la meilleure satisfaction voyageur et sécuriser son...